Home > Conseils > Accident ou agression à l’étranger : que dit la loi ?

Accident ou agression à l’étranger : que dit la loi ?

Que vous soyez assuré ou non, les sinistres peuvent toujours arriver pendant vos déplacements à l’étranger. Parmi les aléas possibles, il y a les agressions ainsi que les accidents divers. Si jamais ces regrettables situations se présentent, vous avez intérêt à suivre la bonne démarche.

Commencer par contacter l’assureur en cas d’agression

Le premier réflexe à avoir serait de contacter l’assureur dans les premières heures qui suivent l’agression. La compagnie proposant l’assurance de voyage sera à appeler en priorité. Il est également recommandé de téléphoner la banque. En effet, l’assurance qui accompagne la carte bancaire peut aussi couvrir pour les sinistres survenus à l’étranger. La plupart du temps, l’assureur propose aux clients les services d’un avocat qui se trouve dans le pays visité.

La possibilité de porter l’affaire devant la justice du pays hôte

La couverture multirisque de l’assurance voyage s’étend sur la santé, les bagages ainsi que les responsabilités civiles. Dans le cas où vous êtes responsable de dommage matériel fait à un tiers, il faudra rapidement contacter l’assureur. Quoi qu’il en soit, vous aurez la possibilité de porter l’affaire devant un cours. Cela tient notamment pour les pays de l’Union européenne où une coopération juridique peut s’envisager. Préférez la procédure civile à la pénale. Pensez tout de même à bien vous renseigner auprès du consulat.

Les démarches pour les accidents de la circulation

Les accidents de circulation survenus à l’étranger sont couverts par l’assureur, même si ce dernier a exclusivement des bureaux en France. Le dédommagement aura lieu grâce à l’intervention d’un représentant ou partenaire de la compagnie se trouvant dans le pays visité. Le système repose aussi sur les cartes vertes. Dans le cas où la législation française n’est pas reconnue dans cette destination, vous aurez encore une chance de vous faire dédommager en France. Vous pourrez notamment vous référer à la Commission d’indemnisation des victimes d’infractions.

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *